Home > Origine de Becel > Production

La production de Becel : des graines au ravier

La base de Becel se compose d'un mélange d'huiles que nous tirons, entre autres, des graines de fleurs de tournesol, de colza et de lin. Ces fleurs sont cultivées dans de vastes champs. Vous connaissez sans aucun doute les tournesols, mais saviez-vous que les fleurs de colza étaient également d'une belle couleur jaune et pouvaient pousser jusqu’à hauteur d'homme ? Les fleurs de lin sont un peu plus petites et présentent une couleur bleue violette. Le processus de transformation de ces fleurs en margarine ne dure pas très longtemps et est en fait assez simple. Vous aimeriez savoir comment les graines de ces fleurs arrivent dans un ravier de Becel ? Lisez donc la suite.

Nos plantes préférées :

Tournesol

Les tournesols raffolent de la lumière du soleil et ont besoin de place pour pousser. Les plants fournissant de l'huile à Becel sont cultivés dans toute l'Europe : ils poussent notamment en France, au Portugal, en Espagne et en Europe de l'Est.

Colza

Les fleurs de colza n'ont pas besoin d'autant d'espace que les tournesols. Elles sont cultivées dans des champs spécialement prévus à cet effet, mais elles poussent aussi dans la nature. Les fleurs de colza qui produisent l'huile pour Becel poussent et fleurissent en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Autriche, en Suède, en Tchéquie et en Pologne.

Lin

Les graines de lin proviennent des fleurs de lin. Ces petites fleurs bleues sont cultivées pour Becel au Kazakhstan, où l'argile du sol constitue un excellent milieu de culture.

Des graines de fleurs aux huiles végétales :

Les graines des fleurs de tournesol, de colza et de lin contiennent naturellement des huiles qui sont la base de la recette Becel. Après la récolte, ces graines sont séparées des fleurs et préparées pour être pressées. En les pressant et en les broyant, elles libèrent une grande quantité d'huile.

Il en reste toutefois toujours un peu dans les graines moulues. Pour éviter le gaspillage, on fait en sorte de la récolter à l'aide d'un solvant organique : c'est ce que nous appelons l'extraction. Après cette opération, la substance organique est éliminée de l'huile végétale par distillation : le solvant est chauffé, provoquant son évaporation et le séparant ainsi de l'huile. Il peut ensuite être réutilisé pour la prochaine extraction. Une méthode tout à fait durable.

L'huile peut maintenant être purifiée. Lors de cette phase, les huiles sont chauffées à 200 °C. L'huile atteint également cette température lorsque vous cuisinez, mais à l'usine, nous veillons à ce qu'il n'y ait pas d'oxygène dans la pièce. Nous évitons ainsi une éventuelle oxydation et pouvons garantir la qualité des huiles purifiées.

Nous devons ensuite purifier nos huiles une seconde fois, car après le processus d'extraction, des restes de graines sont toujours présents. Les huiles sont alors encore souvent brunes et ont un goût prononcé parce que les graines restantes ont perdu leur membrane. Ces restes sont en outre bien plus sensibles à l'oxydation et à l'hydrolyse, ce qui nuit à l'huile. Qui plus est, on y trouve encore souvent des acides gras libres, qui donnent à l'huile un goût de savon et la font paraître sèche en bouche. Nous ne trouvons pas ça très bon... Bref, la purification des huiles est essentielle.

Les huiles perdent-elles leur valeur nutritionnelle durant ce processus ?

Durant le processus de purification, nous n'enlevons des huiles que les composants qui nuisent au goût, à la texture facile à tartiner et à la durée de conservation de Becel. La vitamine E reste par exemple intacte. Les oméga 3 et 6, naturellement présents dans l'huile de tournesol, de colza et de lin, ne sont pas non plus affectés par ce processus.

Le traitement des huiles végétales entraîne-il l'apparition d'acides gras trans ?

Les acides gras trans sont naturellement présents dans la viande et les produits laitiers, mais peuvent également apparaître dans les graisses végétales lorsque celles-ci sont partiellement hydrogénées. L'hydrogénation est un processus complexe qui a lieu en usine et durant lequel des huiles végétales liquides se transforment en graisses solides. On trouve souvent des acides gras trans produits industriellement dans la nourriture cuite ou frite. Becel n'utilise pas de graisses végétales partiellement hydrogénées.

À l'instar des acides gras saturés, les acides gras trans ont un effet néfaste sur votre taux de cholestérol. Il est conseillé de les remplacer par des acides gras insaturés ou, mieux encore, par des acides gras polyinsaturés tels que les oméga 3 et les oméga 6.

Huile de palme : aussi peu que possible et uniquement durable

En raison de leur structure saine d'acides gras insaturés, l'huile de tournesol, l'huile de colza et l'huile de lin sont à l'état liquide à température ambiante. Afin que Becel soit tartinable, une quantité limitée de « graisse dure » est nécessaire. Cette dernière donne à Becel sa texture solide et onctueuse, qui vous permet de profiter d'un goût délicieux ainsi que des principes actifs que sont les oméga 3 et 6. La graisse dure utilisée dans Becel est l'huile de palme.

Il existe malheureusement toujours des abus dans ce secteur, c'est pourquoi la quantité limitée d'huile de palme contenue dans Becel est certifiée RSPO. Cette certification indique que l'utilisation de cette huile de palme n'a pas eu lieu au détriment de forêts naturelles et de l'habitat d'animaux.

Retrouvez plus d'informations sur la certification RSPO ici.

L'huile de palme nuit-elle à la santé ?

Il est conseillé de consommer le moins possible d'acides gras (durs) saturés, peu importe le produit dans lequel ils se trouvent. L'huile de palme en contient davantage que la plupart des huiles végétales et est par conséquent relativement moins saine que d'autres huiles végétales (notamment liquides). En mélangeant l'huile de palme à de l'huile de tournesol, de lin et de colza, nous pouvons limiter au maximum la quantité de ce type d'acides gras dans Becel. Une tartine avec Becel fournit dans tous les cas moins d'acides gras saturés qu'une tartine au beurre.

Pourquoi Becel n'utilise-t-elle pas d'alternative à l'huile de palme ?

Il n'existe pas de bonne alternative à l'huile de palme. C'est elle qui confère à Becel une texture suffisamment ferme pour être tartinée. Des huiles entièrement hydrogénées pourraient avoir le même résultat, mais nous devrions alors trop transformer nos huiles, ce que nous préférons éviter. Remplacer l'huile de palme par de l'huile de soja, par exemple, ne ferait que déplacer le problème. La culture du soja entraîne en effet la disparition d'importantes portions de la forêt amazonienne. Des organisations telles que le Fonds mondial pour la nature (WWF) plaident par conséquent en faveur d'une huile de palme durable.

De quelle manière les huiles végétales arrivent-elles dans mon ravier Becel ?

Dès que nous avons récolté l'huile des tournesols, du lin et du colza, nous la mélangeons avec de l'huile de palme chauffée à l'usine. En chauffant quelque peu l'huile de palme, elle devient liquide et peut donc être facilement mélangée. Nous ajoutons un peu d'acide citrique pour préserver la fraîcheur des huiles et pour donner un goût neutre. La recette contient également des arômes naturels pour le vrai goût de Becel, de la carotène pour une jolie couleur et des vitamines.

Afin de garantir un apport en graisses raisonnable par portion, la recette de Becel Original est partiellement à base d'eau. Spécialement créé pour ceux qui recherchent une alternative pauvre en graisses, Becel Light contient encore moins de matières grasses et 30 % d'huiles végétales. L'eau et les graisses ne se mélangent en principe pas facilement, c'est pourquoi nous avons besoin de lécithine de tournesol pour les lier. Le processus de mixtion a lieu à l'usine dans des cylindres spéciaux, qui laissent refroidir lentement le mélange d'huiles tout en le remuant. Résultat : une texture homogène et onctueuse.

Depuis ces cylindres, la margarine est versée dans des raviers, qui sont ensuite fermés au moyen d'un film fraîcheur et d'un couvercle. Il n'y a plus qu'à les transporter vers les magasins.

Becel a-t-elle déjà réfléchi à une alternative aux raviers en plastique ?

Becel réfléchit bien entendu au caractère durable des matériaux de ses emballages. Nous sommes conscients que la quantité de plastique produite à travers le monde occasionne des problèmes. C'est pour cette raison qu'à partir de 2025, nous ne voulons plus utiliser que du plastique recyclable, intégralement dégradable ou compostable. Mais nous cherchons également des alternatives au plastique, en tenant compte de tous les aspects liés à la durabilité. Donc non seulement l'aspect dégradable des matériaux, mais aussi leur poids, parce que cela a une influence sur l'énergie nécessaire lors de la distribution ou pour la production des emballages. Dès que nous pourrons agir plus durablement, nous le ferons.

Légende urbaine : la margarine est-elle, à une molécule près, du plastique ?

Tout comme le beurre et l'huile, la margarine se compose de divers ingrédients, et donc de diverses molécules. Si vous vous penchez sur les huiles et les graisses présentes dans la margarine (ainsi que dans l'huile d'olive ou le beurre), vous verrez qu'elles sont constituées de carbone, d'hydrogène et d'oxygène. Le plastique (polyéthylène) est également composé de carbone et d'hydrogène, mais le comparer sur cette base avec du beurre, de l'huile ou de la margarine n'a bien entendu aucun sens. Le corps humain est, en effet, également constitué à 93 % d'hydrogène, de carbone et d'oxygène. Nous ne ressemblons pourtant pas à du plastique...

Qu'est-ce qui diffère dans la fabrication de Becel Bio ?

Les huiles entrant dans la composition de Becel Bio sont des huiles de colza, de tournesol et de palme bio. Ces dernières sont toutes issues de l'agriculture biologique contrôlée. Unilever s'engage par ailleurs en faveur de l'huile de palme durable. Toute l'huile de palme qu'il utilise est ainsi compensée par l'achat de certificats GreenPalm (RSPO) : pour chaque quantité d'huile de palme utilisée, une quantité équivalente d'huile de palme durable est produite. Becel Bio ne contient aucun conservateur ni colorant ou arôme artificiel, à l'instar de tous les autres produits Becel. Nous avons sélectionné un arôme naturel et utilisé du jus de carotte concentré pour donner sa couleur à Becel Bio. Envie d'en savoir plus ? Cliquez ici.

Becel Bio porte le label EKO et le label bio européen (l'Eurofeuille), ce qui signifie qu'elle répond aux critères de l'Union européenne (règlement n° 834-2007).

Biologisch & 100% plantaardig

Vous avez une question ?

Nous sommes fiers de nos produits et tenons à être transparents quant à leur production. Voilà pourquoi nous avons tout mis en œuvre pour que ce site soit aussi complet que possible. S'il venait malgré tout à vous manquer des informations, n'hésitez pas à nous en faire part.

Posez votre question